NADIA CHARLERY

par | 1 Déc 2020 | CINÉMA & THÉÂTRE | 0 commentaires

PRÉSENTATION

Richès Karayib vous présente Nadia Charlery réalisatrice martiniquaise.

Nadia nous raconte son histoire.

Contact

Nadia Charlery

QUI JE SUIS

Depuis petite j’ai toujours aimé écrire et raconter des histoires.  Je me souviens encore de ces après-midis ou je m’inventais des personnages, des histoires que je « jouais » pendant que mes parents faisaient la sieste, ou de mes premiers petits films en Hi8 tournés dans mon garage.

Plus tard c’est donc devenu une évidence que ma voie serait dans l’image et le cinéma.

Après des études à L’ESRA Paris (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) j’ai décidé de revenir dans « mon pays » la Martinique, parce que je sentais que j’avais des choses à y faire, des histoires à raconter, et surtout besoin de me nourrir de mes racines pour développer mes projets cinématographiques.

Pendant plusieurs années, j’ai exercé les fonctions d’assistante de réalisation, de chargée de production, et de directrice de casting sur des tournages de téléfilms, de publicités et de magazines télévisés pour plusieurs sociétés de production locales et hexagonales.

Expériences formatrices et nécessaires pour moi avant l’étape de réalisation.

MES RÉALISATIONS

Je réalise mon premier court-métrage en 2010. « Le pense bête » est primé au concours Ekoclap/ODE 2010 et au Festival Prix de court 2011.

Parallèlement, je réalise des clips vidéo, des publicités et des films institutionnels.

Mon deuxième court-métrage, « Entre deux », reçoit le Prix de court, le prix du scénario du Festival Prix de court 2013, et la mention spéciale du Jury du FEMI de la Guadeloupe la même année.

En 2015, je signe «35 minutes avant les 40 » court-métrage produit par Tropiques Atrium.

L’année suivante, je finalise un projet plus ambitieux de 26 » « Ti Coq », une tendre histoire d’amour entre un jeune garçon, sa mamie et un coq. Un scénario d’abord récompensé à Cannes dans le cadre des HOHOHA et qui recevra quelques années plus tard plusieurs prix dans des festivals caribéens et internationaux.

« Zanmi » est mon dernier court-métrage, sur un sujet sensible suite à une collaboration avec l’association Kap Caraïbe.

Désireuse de transmettre mon savoir et d’éveiller des vocations, j’anime aussi maintenant des ateliers de cinéma pour enfants et adultes.

Je suis également directrice de casting pour différents types de productions.

Aujourd’hui, je travaille sur un projet de documentaire, de magazine et j’ai bien sûr encore en tête quelques courts-métrages mais je me lance aussi dans l’écriture de mon premier long métrage…

FILMOGRAPHIE

ZANMI

KAP Caraïbes

11 min

2019

TI COQ

Chronoprod Films

24 min

2015

35 MINUTES AVANT LES 40

Chronoprod Films

6 min

2014

ENTRE DEUX

Chronoprod Films

8 min

2013

LE PENSE BÊTE

2min

2010

FOCUS

« Zanmi »

C’est le dernier court métrage que j’ai réalisé et pour la première fois un scénario que je n’avais pas écrit, mais le fruit d’une collaboration avec l’association Kap Caraïbes, qui lutte pour le respect des droits LGBT-Q (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transexuel-Queer).

Dans le cadre d’ateliers qu’ils organisaient pour leurs adhérents, j’animais un atelier d’écriture de scénario et finalement il nous a paru important d’aller au bout de l’aventure et de donner vie au script écrit collégialement.

Tourner ce court métrage sans budget n’a pas été simple mais il a été riche en rencontres et bonnes énergies des « crew » artistiques et techniques.

Zanmi est un film important au travers de sa thématique: l’homosexualité, sujet encore très sensible aux Antilles et trop peu traité en fiction localement.

Mais c’est avant tout un film qui parle de tolérance et d’amour et c’est le message universel qu’il faut en retenir au-delà de toutes questions de sexualité.

« Ti Coq »

Il est pour l’instant le film le plus important de ma filmographie parce que c’est celui qui m’a le plus fait connaître et qui a voyagé de festivals en festivals. Il a remporté des récompenses dans la caraïbe et à l’international.

Pourtant sa « gestation » comme un premier vrai bébé a été longue ; il a d’abord été primée pour son scénario lors des HOHOHA, qui m’ont donné l’occasion d’aller à Cannes et ensuite il m’a fallu 6 ans pour le tourner enfin.

Temps nécessaire pour faire mes « armes », trouver une production et mûrir mon travail de réalisatrice.

Ti coq, c’est une tendre histoire d’amour entre un garçon, sa mamie et son coq…

C’était aussi pour moi l’occasion de montrer une autre Martinique plus typique, loin des cocotiers et du sable fin, sous fond d’une tradition culturelle.

Ce court métrage n’est pour l’instant disponible que sur une plateforme Américaine de streaming: studioanansi.tv.

J’espère cette année pouvoir le proposer en diffusion tv ou en streaming en France ou ailleurs.

FOCUS

« Zanmi »

C’est le dernier court métrage que j’ai réalisé et pour la première fois un scénario que je n’avais pas écrit, mais le fruit d’une collaboration avec l’association Kap Caraïbes, qui lutte pour le respect des droits LGBT-Q (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transexuel-Queer).

Dans le cadre d’ateliers qu’ils organisaient pour leurs adhérents, j’animais un atelier d’écriture de scénario et finalement il nous a paru important d’aller au bout de l’aventure et de donner vie au script écrit collégialement.

Tourner ce court métrage sans budget n’a pas été simple mais il a été riche en rencontres et bonnes énergies des « crew » artistiques et techniques.

Zanmi est un film important au travers de sa thématique: l’homosexualité, sujet encore très sensible aux Antilles et trop peu traité en fiction localement.

Mais c’est avant tout un film qui parle de tolérance et d’amour et c’est le message universel qu’il faut en retenir au-delà de toutes questions de sexualité.

« Ti Coq »

Il est pour l’instant le film le plus important de ma filmographie parce que c’est celui qui m’a le plus fait connaître et qui a voyagé de festivals en festivals. Il a remporté des récompenses dans la caraïbe et à l’international.

Pourtant sa « gestation » comme un premier vrai bébé a été longue ; il a d’abord été primée pour son scénario lors des HOHOHA, qui m’ont donné l’occasion d’aller à Cannes et ensuite il m’a fallu 6 ans pour le tourner enfin.

Temps nécessaire pour faire mes « armes », trouver une production et mûrir mon travail de réalisatrice.

Ti coq, c’est une tendre histoire d’amour entre un garçon, sa mamie et son coq…

C’était aussi pour moi l’occasion de montrer une autre Martinique plus typique, loin des cocotiers et du sable fin, sous fond d’une tradition culturelle.

Ce court métrage n’est pour l’instant disponible que sur une plateforme Américaine de streaming: studioanansi.tv.

J’espère cette année pouvoir le proposer en diffusion tv ou en streaming en France ou ailleurs.

Sous-titrage disponible en français/anglais et espagnol

« Caribbean…ite »

J’ai vraiment pris conscience d’un cinéma caribéen quand je suis allée pour la première fois au Trinidad & Tobago Film Festival, j’y ai vu des courts métrages de grande qualité, j’y ai regardé un cinéma qui nous ressemble, j’ai senti et compris l’importance des co-productions.

J’y ai senti une émulsion et j’en suis revenue gonflée, avec l’assurance que cette industrie émergeante allait de plus en plus faire parler d’elle d’autant plus qu’elle était en avance sur nous en terme de coopération et de production.

Il me paraît important que les Antilles Françaises se rapprochent enfin de ses voisins caribéens anglophones et hispanophones.

Nos histoires, notre culture ont trop en commun pour se cantonner au marché « Franco-Européen » qui n’a pas encore conscience de la richesse de notre identité culturelle plurielle et donc de ce que nous pourrions apporter au paysage cinématographique.

DEMAIN…

J’espère donc vraiment que l’avenir cinématographique sera Caribéen, qu’il sera tourné vers la coopération, vers plus d’échanges et que ses réalisateurs vont émerger et qu’ils auront le succès qu’ils méritent.  Nous n’avons plus rien à envier aux grands continents, les talents sont là, les décors, le savoir-faire aussi…

Il nous manque peut-être la confiance et localement la mise en place d’une vraie politique culturelle tournée aussi vers l’industrie du cinéma pour que demain nous remplissions de plus en plus les écrans des salles de cinéma.

Rejoignez la communauté Richès Karayib !

par Nadia Charlery s'exprime en anglais et en créole)

prochaine richÈs karayib

RDV le 08/12/2020

Inscrivez-vous dès Maintenant à la Newsletter pour être informé.e!!

Richès Karayib by ASIS W.I.
Author: Richès Karayib by ASIS W.I.

We can make the Caribbean Bigger !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

RICHÈS KARAYIB
Richès Karayib, parlez-nous de votre entreprise, de vos valeurs! Partagez avec nous votre histoire, vos expériences, vos succès, vos talents, votre vision Caribéenne!!

Commentaires récents

Archives

Suivez Richès Karayib!

RECOMMANDEZ UNE RICHÈS KARAYIB