LE CARNAVAL DE MARTINIQUE PAR MARIE-LYNE PSYCHÉ-SALPETRIER

par | 16 Fév 2021 | ASSOCIATION, ÉVÉNEMENT | 0 commentaires

Contact

Email

Richès Karayib vous présente Marie-Lyne Psyché-Salpetrier. Entre cette martiniquaise et le carnaval il y a une vraie histoire d’amour qui s’est transmise de génération en génération.

Présidente de l’Association Recherches & Traditions (A.R.T.) qui mène un travail de recherche historique sur le Carnaval, son origine et celle des personnages emblématiques.

Professeure des écoles, conseillère pédagogique académique en Arts Plastiques, formatrice des enseignants, Marie-Lyne partage avec nous sa passion et ses connaissances sur le Carnaval.

QUELQUES MOTS SUR L’ASSOCIATION RECHERCHES & TRADITIONS

L’association a été fondée par George Louis-régis Psyché, la mère de Marie-Lyne Psyché-Salpetrier.

Leur mission

Rechercher et promouvoir la tradition populaire martiniquaise.

Valoriser la culture et les traditions martiniquaises à travers le carnaval.

Leur objectif

La sauvegarde du patrimoine martiniquais.

Carnaval 1987 - Taxi Pays : reconstitution de scènes de vie du début XXème siècle.

LE CARNAVAL, NOTRE HISTOIRE

Le Carnaval de Martinique et des Caraïbes puise son ancrage dans notre histoire. Il est à l’image de notre peuple, résultat d’un métissage complexe et varié.

Un carnaval polysyncrétique tout comme nous le sommes.

Même si son origine nous vient de l’occupation de la Martinique par le gouverneur Duparquet début XVIIème siècle, avec les bals masqués de Marie Duparquet qu’elle a ramenés de la cour de France.

Après leur déportation, les Africains mis en esclavage ont pu côtoyer de près (en tant que domestiques) et de loin ces bals déguisés.

Le Carnaval pouvait alors devenir un lieu d’expression masquée pour les croyances et rituels interdits.

Ceux-là-mêmes y étaient dissimulés afin de se réapproprier ces divinités, spiritualités, savoir-faire, langages, musiques, danses et masques de rituels. Par le biais du Carnaval, ils nous ont légué une partie de notre héritage ancestral Africain.

C’est la voie du détour, car aux yeux des colons, il s’agissait d’une simple mascarade, de personnes qui semblaient seulement s’amuser en chantant et en dansant.

Rite de passage, puissance des couleurs (rouge et noir, blanc, jaune), codification des jours Gras, puissance et symbolique des Mas ont donné fin XVIIIème siècle les Djab Wouj et autres Maryàn Lapofig qui sont directement ancrés dans ces rituels ancestraux et portent toute cette charge sacrée à travers les masques et ce qu’ils représentent.

Le carnaval, un hÉritage

Si notre Carnaval est aussi le premier des Caraïbes et des Amériques, il porte l’héritage africain, européen – avec le carnaval originel moyenâgeux, et également cette part d’héritage Kalinago qui est la nôtre à travers le culte du corps, l’expression du beau, l’explosion des couleurs, le festif et la célébration de tout événement.

Les notions de rythmiques propres à chaque personnage du Carnaval et à chaque carnavalier, de mouvements et de déplacements dans ce que nous connaissons, qui sont nos vidés qui se déploient et qui sont l’expression d’une immense liesse populaire.

CARNAVAL DE SAINT-PIERRE AVANT 1902

CARNAVAL AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE

une expression de liesse

Nos vidés sont issus des convois et sociétés d’esclaves qui ont perdurés du XVIIème au XIXème siècles, plusieurs fois interdits lorsque leur nombre et leur valeur devenaient trop dangereux aux yeux des dirigeants d’époque.

Quoiqu’il en soit, notre Carnaval des Amériques, de Martinique et des îles de la Caraïbe, est totalement cette expression de liesse, avec des invariants qui le caractérise. C’est l’inversion des rôles, en usant de moqueries et de dérision, comme pour le Lundi Gras.

C’est la contestation et la transgression de l’ordre établi social, politique, familial et religieux. Ce sont les rituels de vie et de mort, comme avec le Mas Lanmò.

LES "MAS LANMÒ"

munis de leur lanterne sortent à la tombée de la nuit – Carnaval 2020 vidé de la Bèt a Fé à Fort-De-France.

Rituels de passage inhérent et commun à tous les carnavals de tous les lieux de la planète, de toutes les ères. C’est ce rapport très spécial d’espace-temps, qui se déroule sur un lieu donné – la rue, la campagne-  sur un temps donné – cinq jours gras.

Mariages burlesques

Car, de façon inédite, la Martinique prolonge son carnaval d’un jour avec le Mercredi des Cendres …comme dernier jour du Carnaval célébré par les Guiablès vêtues de noir et blanc, couvertes d’une coiffe au long bout pointu, annonçant leur passage avec grand fracas et feuilles de corossolier.

Autre invariant, c’est cet espace de création populaire, entre esthétique, créativité, mémoire résiduelle et message du collectif et expression individuelle.

Un moment de liesse et de libération des pulsions humaines qui permettent de se remettre de la charge quotidienne dont on veut se débarrasser, d’où le mot « vidé  » d’ailleurs…

Des pulsions particulièrement canalisées dans une période d’explosion et d’expression du génie créatif humain et populaire.

Ce vidé, cette liesse qui se déverse vient de cela, de cette nécessité vitale, qui fait que, selon Goethe dans Voyage en Italie en 1788,

5 jours de ferveur

Pendant des jours, le carnavalier court avec ferveur durant des heures et sur des kilomètres avec une énergie régénératrice collective.

Il porterait en lui les divinités que l’on veut révéler à travers quelques uns de nos Personnages traditionnels : Papa Djab, Guiablès, Maryàn Lapofig, Nèg Gwo Siwo, Mas Lanmò… Que l’on retrouve d’ailleurs dans plusieurs îles de la Caraïbe.

 Personnages traditionnels : Papa Djab, Guiablès, Maryàn Lapofig, Nèg Gwo Siwo, Mas Lanmò

mouvement populaire

Et en musique, souvent en chanson, au rythme des instruments, dans un seul déferlement humain, se répandant dans les artères de villes ou dans les traces des campagnes, bwabwa tournoyant au-dessus du fleuve de carnavaliers.

Le Carnaval fait descendre tout le monde dans la rue, ouverte à tous sans distinctions.

Dans la rue, les corps parlent, s’expriment librement en cadence et au rythme des vidés. Le son des tambours, des conques de lambi ou la basse des sonos envahissent les corps d’une joyeuse frénésie transgressive.

@Henri Salomon – Mardi Gras 2010

PROCHAINE RICHÈS KARAYIB

RDV le 23/02/2021

Inscrivez-vous dès Maintenant à la Newsletter pour être informé.e!!

retour sur les prÉcÉdentes RICHÈS KARAYIB

Richès Karayib by ASIS W.I.
Author: Richès Karayib by ASIS W.I.

We can make the Caribbean Bigger !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

RICHÈS KARAYIB
Richès Karayib, parlez-nous de votre entreprise, de vos valeurs! Partagez avec nous votre histoire, vos expériences, vos succès, vos talents, votre vision Caribéenne!!

Commentaires récents

Archives

Suivez Richès Karayib!

RECOMMANDEZ UNE RICHÈS KARAYIB